The Honeypot wears flip-flops... and sets sail

27 janvier 2015

Surrender to change

 

Le Pot de miel en tongs : The Honeypot wears flip-flops

 

Posté par niine à 07:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2014

Polynesie #12 - Pape'ete & fin

Dernier jour a Tahiti. Debout a l'aube, je pars a 6h avec toute la famille de couchsurfers... les journees commencent tot sous les tropiques, voire TRES tot si on veut eviter les embouteillages a Pape'ete. WTF.

Visite tres succinte de la ville. Front de mer, cathedrale, marché, basta. L'occasion de passer la matinee avec les copines alpines. Je decolle en fin d'apres-midi, elles dans la soiree.

  

Cathédrale de Pape'ete

A 2 ans près, je pouvais m'inscrire
Popa'a = blanc, metro, zor(eille)

...

P1120147

 

 

Le marche de Pape'ete est un must do dans tous les guides touristiques. Et c'est vrai qu'il est beau, anime, grand, convivial. Tout le contraire de celui de Noumea.

 

Monoï maison… ou pas ?

P1120154

P1120155

 


Pas seulement sur les cartes postales, les Tahitiens portent la fleur de tiare sur l'oreille, couramment, quotidiennement. Jeunes et moins jeunes, les femmes mais aussi parfois les hommes arborent le symbole de Tahiti, naturel ou artificiel. Comme un bracelet ou un pendentif, c'est une facon de s'embellir. Et de faire passer un message : portee sur l'oreille droite, la personne est disponible ; sur l'oreille gauche, elle est prise. Il est possible d'en porter une de chaque cote simultanement, pour un effet Gleeden, en moins 2.0.

 

P1160763

Air Tahiti ground staff
Ceci est l'uniforme du personnel feminin au sol d'Air Tahiti
Tu connais beaucoup de compagnies aeriennes qui relookeraient la robe mission pour en faire un uniforme sexy et pratique ?

 

Air Calin et sa fleur d'hibiscus

iAir Tahiti Nui et sa fleur de tiaré

 

 

J'avais prevu une super conclusion, avec des tas d'anecdotes et autres points notables (et notes) mais voila, apres tout ce temps et un retour temporaire en metropole, les souvenirs sont moins presents a mon esprit. 

  • les Tahitiens, hommes et femmes, sont beaux. C'est un fait. Peau mate, cheveux noirs, yeux en amande, j'adore. Cheveux longs et epais, tresses, en chignon ou simplement laches, les femmes affichent une vraie feminite naturelle et douce. Les mauvaises langues disent que les Tahitiennes sont belles jusqu'a leur(s) grossesse(s). Bon, il est vrai que les annees qui viennent ne vont pas etre faciles-faciles dans le Pacifique d'apres cet article. A leur decharge, les Melanesiens (dont font partie les Kanaks) et les Polynesiens sont, a la base, costauds, barraques, tailles. Et vu qu'ils sont eleves aux sodas et junk food des le biberon... ca craint. Ceci dit, les Tahitiens, meme dodus, n'en restent pas moins tres beaux.
  • le tutoiement est legion, obligatoire meme. En fait, le vouvoiement est mal percu, un peu condescendant et hautain. Un truc de popa'a, quoi. Au debut, j'ai trouve assez difficile de tutoyer la boulangere meme si elle me demande "iaorana, qu'est-ce que je te sers ?", le vendeur a la poste l'OPT ou le proprietaire de la pension a Maupiti qui aurait l'age d'etre mon pere, puis ca vient petit a petit, une fois sur 2. Une chose est sure, ca simplifie et detend les relations car ca rapproche indeniablement.
  • les Tahitiens sont de fervents praticants religieux, en temoigne le nombre incroyable d'edifices de cultes differents. Mormons, temoins de Jeovah, adventistes, evangelistes, protestants, etc... le passage des missionnaires a laisse des traces, c'est le moins que l'on puisse dire. La sortie de la messe est un spectacle a elle seule.
  • je n'avais jamais entendu parle des bebes/enfants fa'amu avant d'aller en Polynesie. C'est en fait une pratique relativement courante chez les Polynesiens. Un enfant ou un bebe est eleve par un autre membre ou couple de la famille, parfois par des amis ou des voisins. Pour faciliter la scolarite de l'enfant ou "pallier" a la sterilite d'un couple ou soulager des parents manquant de moyens, par exemple. Lorsque c'est possible par la proximite, l'enfant garde contact au quotidien avec ses parents biologiques. Completement etrangere a notre culture, cette pratique polynesienne a bien sur ete detournee par les popa'a, qui se sont engouffres dans la breche de cette adoption facile. Ce que deplorent certains Tahitiens, qui regrettent que les bebes (rarement des enfants) fa'amu emmenes en metropole perdent le contact avec leurs famille et racines polynesiennes.
  • j'aurais aussi aime parler de l'inceste, dont j'ai appris avec surprise en discutant avec une instit' qu'il restait monnaie assez courante. Mais je ne me vois pas aborder un tel sujet alors que je n'en sais finalement rien, sauf que la vie de famille au sens large du terme, en tribu, favorise les situations ou les jeunes filles cotoient de tres pres grands freres, cousins, oncles. A noter que le meme probleme existe aussi dans les familles kanaks.
  • j'ai deja vaguement evoque les rae-rae et mahu, qui etaient differencies auparavant, mais sont desormais amalgames. Qu'ils soient transsexuels, travestis ou juste effemines, ces hommes etaient autrefois completement integres et acceptes tels quels dans la societe ma'ohi. Aujourd'hui, l'influence homophobe de l'occident leur complique un peu la vie et c'est bien regrettable. 
  • apres avoir mis les pieds en Polynesie, et plus particulierement aux Tuamotu, j'ai du mal a imaginer que l'archipel a servi de decor aux beta-tests des allumes du nucleaire, et ce pendant 30 ans (1966-1996), sur et sous l'eau. Comme souvent dans une telle situation, les avis sont partages. Ou plutot, tout le monde est d'accord sur la dangerosite pour la nature et l'homme. Mais l'appat du gain et la manne economique qui en decoulent ont convaincu les popa'a qui sont venus passer quelques annees dorees et irradiees en PF, et les Polynesiens qui ont participe aux constructions puis aux deconstructions a Mururoa (qui s'appelle en fait Moruroa) notamment. Naturellement, comme pour Tchernobyl, la langue de bois et les mensonges etaient au rendez-vous. Il a bien fallu faire avaler la pilule et rassurer : en installant le Centre d’expérimentation du Pacifique, le Général de Gaulle affirme que les essais seront « sans inconvénient aucun pour les chers Polynésiens » et que la contrepartie sera « le développement »*. 
    Bref, presque 20 ans apres l'arret officiel des essais en Polynesie, le sujet est encore delicat. Ok, l'atome a fait vivre 2 voire 3 generations de Polynesiens (les popa'a, je m'en fous un peu, j'avoue, ils sont venus parce qu'ils le voulaient bien), mais vu l'attachement et le respect de ce peuple pour son fenua, sa terre, je ne doute pas un instant qu'ils gardent une certaine rancoeur.

    * source : http://www.moruroa.org

 

Apres 4 mois a Noumea et en NC, mon sejour en Polynesie m'a fait un effet "douceur" immediat. Le sourire des Tahitiens, les couleurs des lagons, l'atmosphere et l'accueil chaleureux, la nature genereuse, les rythmes des percussions et le dehanchement des vahine (je m'y suis essayee, c'est un metier), la Hinano et la cuisine locale, tout appelle a la langueur et a la douceur de vivre. 

Hasta la vista, Polynesia, I'll be back. 

 

 

vanille

piment

papaye

banane

banane papaye

Sunset sur le lagon de Taha'a

Nana, fenua !

 

 

30 novembre 2014

Polynesie #11 - Mo'orea

Derniere ligne droite, derniers jours, retour a Tahiti. Je couchsurfe chez une famille fort sympathique qui habite la banlieue chic de Pape'ete. Les parents ont mon age, monsieur est prof tranquilou-bilou, d'origine metro, arrive en Polynesie a 12 ans, madame est une fonctionnaire workaholic (dingue, non ?!) nee a Tahiti, d'origine chinoise, leur fille de 13 ans est une collegienne appliquee, archi fan de mangas (elle les regarde en VO) qui se considere a moitie chinoise. 

Juste le temps de faire avec monsieur un bapteme de jet-ski (grand merci a lui, meme si je n'ai pas franchement ete emballee par l'activite), et je decide de m'en tenir a mon intention de zapper Tahiti, qui, pour info, est une ile constitue de 2 parties : Tahiti Nui, ou se trouve Pape'ete, et Tahiti Iti, dite la Presqu'ile, ou se trouve notamment Teahupo'o. Je prefere m'echapper 2 jours a Mo'orea, l'ile-soeur de Tahiti, distante de 20 km.

35 minutes de ferry et une location de voiture plus tard, me voila paree pour le tour de l'ile.

Spectaculaire Mo'orea, à l'ambiance mystique, où le relief attire autant le regard que le lagon.

 

Nana (= bye bye), Tahiti !

Le célèbre Sofitel et ses pilotis

Cages à poules d'eau

Plage de Temae babord

Plage de Temae tribord

Baie d'Opunohu à gauche, Baie de Cook à droite

Pano depuis le belvédère

Mystique Mo'orea

P1110967

P1110978

Terrain de foot mono cage

Me plait bien cette bicoque

C'est bien noté

P1110998

Eglise, cocotiers, fil électrique, relief acéré

Dramatic Mo'orea

Sunset on its way

L'ami margouillat, mangeur de moustiques

encore une petite...

P1120033

 

 

Comme j'ai bien mordu a l'hamecon "plongee" et que je ne prends pas l'avion dans les 24 heures, je renfile une stab et un detendeur a Mo'orea. Rien d'extreme, tant que je n'ai aucune certification, je ne peux faire que des baptemes. C'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de plonger en Polynesie, alors banco, let's vamos pour un nouveau bapteme. 

 

Concentration intense

DSCF4782

tout va bien, chef !

L'aquarium de Rangiroa était plus classe (et moins mort)

Dire qu'il y en a qui plongent en piscine

DSCF4834

le ponton

Hallucinated trout pout (copyright bonbonette)

 

Il a bien fallu sortir de l'eau, reprendre le ferry et rentrer a Tahiti. Derniere journee avant le retour a Noumea. Les copines alpines, elles, rentrent a Grenoble. Rendez-vous est pris pour le lendemain dans le centre de Pape'ete.

 

10 novembre 2014

Polynesie #10 - Fakarava

Fakarava, ou Faka pour les intimes, c'est mon chouchou.   

In love avec mon petit bungalow tout simple, en bois, a 100m de l'océan, sous un cocotier. Assise dehors avec mon ordi sur les genoux, lampe de poche sous la main, l'électricité va et vient.

 

Collages

 

In love avec Fakarava, paisible, apaisante, plus jolie et plus clean que Rangi, impression immédiate d'y être bien. Plages cartes postales, mouillages de reve, et une vieille bicoque en bord de lagon.

 

P1110742

 

Faka, c'est aussi une mecque de la plongée, alors il y a des plongeurs. Dont un haut-savoyard, couchsurfer, moniteur a "Faka sud", qui joue les robinson depuis 4 mois sur le motu désert ou se trouve le club près de la passe, il ressemble a mon frère (en moins beau). J'aurais bien refait un bapteme, mais le temps me manque, la faute a la meteo capricieuse. Ce n'est que partie remise.

J'y retrouve aussi le tourdumondiste rencontre a Huahine. Toujours sympa de recroiser les gens apres quelques semaines. Du coup on passe une chouette journee velo/lagon. Fakarava est l'endroit ideal pour la vision que j'ai du cyclisme : une route unique, deserte, lisse, plate.

 

Straight on

P1110630-001

...

P1110648

P1110652

P1110661

My pleasure

Tartare et sashimi (pour moi) de thon a la tahitienne

les fesses dans l'eau, littéralement

Happy in Polynesie

P1110703

P1110721

A bicycletteeeuuuh

 

 

Jour 2, a droite en sortant de la pension, en direction de l'aeroport et de la passe Garuae. A l'aller, le jardinier de la pension charge mon velo chinois a l'arriere du pick-up et me depose au bout de la route. Je termine a la force du mollet, par la piste. Plaignez-moi. Baignade sur une plage deserte.

 

My beach

P1110782

P1110781

Soleil voile => couleurs pastelles

Ca batifole dans les vaguelettes turquoises

Post-coit ?

P1110809

PK10, le bout du bout

j'adore les aeroports/aerogares des iles

P1110845
Le Paul Gauguin (et son tender qui fait la navette pour debarquer les passagers), avec cette fois-la a bord,
Jean-Michel Cousteau, pour des conferences. Et de la plongee, oeuf corse

 

Chinese legend

Un jour je reviendrai mouiller ici

 

 

Trop court, cet episode tuamotuesque paumotu, je reviendrai, c'est oblige.

 

Next port of call : Mo'orea

 

Posté par niine à 21:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 octobre 2014

Polynesie #9 - Rangiroa

Je me suis retrouvee dans les Tuamotu sans veritable choix conscient. Je voulais utiliser au mieux mon temps en Polynesie et mon pass Air Tahiti. J'ai donc ajoute les 2 atolls a ma liste lorsque mon uber sexy gyneco caledonien m'a parle de Rangiroa et Fakarava. "Si vous ne plongez pas, ca ne presente pas grand interet, il n'y a rien a faire sur ces atolls". Parfait.

A Rangiroa, mecque de la plongee s'il en est, il y a 2 passes et 2 villages tres courus : Tiputa et Avatoru. Toutes les pensions hebergent des plongeurs, plus ou moins selon la saison, mais en l'occurrence mes voisins de chambres le sont tous. Tres interessants chacun a leur facon :
- une ancienne monitrice de plongée allemande de 68 ans, qui avait son propre centre aux Maldives et qui vient 4 mois par an depuis 12 ans a Rangi satisfaire son besoin de profondeur ;
- un couple (?) d'Allemands plongeurs, ou alors ils sont pere et fils, en tout cas si le plus jeune était tahitien, il serait raerae ou mahu ;
- une instit' francaise a la retraite, un peu perchée et chelou, qui d'emblée m'invite chez elle en Crete et traine pendant 3 jours en chemise d'homme xxl pretee par la pension car elle est arrivée en jeans et col roule. La nuit, elle marche dehors dans le jardin ; 
- un pas encore trop vieux-beau, moniteur de plongée qui se la raconte pas mal, me charge de claquer la bise a son super pote de Noumea et me donne rendez-vous la-bas en novembre, a condition que j'aie au moins mon niveau 1. Car quitte a etre a la mecque, autant chausser les babouches et suivre le muezzin. Alerte maximale, je vais plonger.
Ce petit monde des abysses et moi-meme sommes rejoints au bout de 2 jours par une famille du Ch'nord, grands-parents, parents et (petite-)fille, bebe faaamu adoptée a Rangi 2 ans auparavant, des ch'tis comme on les aime, gentils, bavards, terre-a-terre. Ils viennent rendre visite a la famille biologique.

 

Programme

Jour 1 : j'ai juste le temps de faire un tour jusqu'a Avatoru et je vomis mon hamburger-frites, au lit a 18h30. 

 

P1110580

P1110583-001

P1110586-001

 

 

Jour 2 : bapteme de plongée. Estomac en stand-by pendant 3 heures, je me régale dans un aquarium naturel. Tout se passe bien, bonnes sensations, on descend jusqu'a 10m. La discipline me plait, je vais persister, c'est decide.

 

le club de plongee

Aquarium vu d'en haut

va falloir y aller, madame

Tudo bem !

bande de perches

truc bleu

bande de perches, le retour

Today is gonna be a good day

 

 

Jour 3 : courte journée a l'ile aux récifs avec les copines alpines. Lagon agite + micro passe = presque naufrage pour accéder au motu. La meteo ne rend pas justice a la beaute du site. Retour dantesque, vent, pluie, creux de 1m50, chacune de mes lombaires a un bleu et mon coccyx pleure sa mère. 32km de roller-coaster, c'est long. 

 

il va dracher

quand meme, ça reste turquoise

aire d'autoroute

DSCF4646

DSCF4651

oui, c'est naturel toute cette classe

manque un bon rayon de soleil

me gusta

DSCF4696

classic cliche

bouillon turquoise

 

Au retour, petit arret par l'aquarium. Les perches sont au rendez-vous. Je me fais meme mordre le pied par l'une d'elle et j'en hurle de terreur surprise dans mon tuba. Ma copine alpine, qui m'a entendue, est morte de rire. La morue.

 

les sales betes !

 

 

Next port of call : Fakarava

 


18 octobre 2014

Polynesie #8 - Bora Bora le retour

Retour a Bora Bora en septembre, juste avant de rentrer en France, en voilier cette fois.
Pas le retour en France, le sejour a Bora.

 

P1170152

 

On ne s'en rend pas compte quand on se promene sur l'ile ou qu'on fait appel a un professionnel pour une sortie touristique, mais le probleme a Bora Bora c'est que tout est prive. Peu d'acces libre a la mer, aucun acces libre aux motu. Tous ou presque sont tabu. Ceux qui ne l'affichent pas le sont implicitement.  Hello, welcome.

Bora et son lagon n'en restent pas moins magnifiques. Meme malgre les pilotis et le trafic maritime nettement superieur a celui de Taha'a par exemple.

 

C'est marqué dessus...       c'est tabu
tu peux y poser le pied a tes riques et perils : possiblement le proprietaire va sortir comme une balle de chez lui en hurlant plus fort que sa meute de chiens

 

 

Encore une petite salve de photos puis direction les Tuamotu.

 

Paisible mouillage sur le lagon, au petit matin

Breakfast on board

piscine, baignoire, au choix

Relief inhospitalier

Origines : Caraibes

P1170037

P1170017

Clin d'oeil caledonien

Cosy

Turquoise a babord

Turquoise a tribord

Il pleut

Objectif de la balade : calvaire

Blaspheme, yo !

This is Bora Bora

Corail

Va'a

Prost !

Sunset

Bye bye !

Dernier coup d'oeil

Four Seasons et St Regis

Maiao

 

 

10 octobre 2014

Polynesie #7 - Bora Bora 2

Sur les conseils de mes voisines, je signe ensuite pour une journée "troupeau sur le lagon". Je les en remercie, j'en ai encore des crampes aux abdos tellement j'ai ri avec un GO completement dejante, vetu d'un pareo rose en guise de cape. Et puis grâce à un retard de vol, mon troupeau se trouve réduit à... 3. Le pied. Bon, on s'arrête aux mêmes endroits que tous les touristes, on voit les mêmes raies grises et les mêmes requins à pointes noires mais côté océan, bingo, requin citron ! Moi que la faune sous-marine interpelait autant que le dernier titre de Keen'V, je suis scotchée. Ah et puis j'ai flashe sur les benitiers colores. Sais pas pourquoi mais je kiffe ces betes.

 

SuperSteven, king of the ukulele

 

DSCF4271

Pointes noires et poissons-pilotes (rémoras)

Raies grises ou pastenagues

Lemon shark… gloupssss

Bénitiers

Hello, I am on Bora Bora

hin hin hin

Fishermen

Degrade

P1110324

Motu Ha'apiti Iti (dixit gogole cartes)

P1110344

repas et assiette traditionnels

le truck

sur la route

… de l'aeroport

du lounge de l'aeroport

Bye bye Bora, sous vos applaudissements et avec la banane 

 

Le turquoise, c'est lassant, ca deborde, ca degouline. Je mets l'excedent dans un album.

To be continued...

 

 

09 octobre 2014

Polynesie #6 - Bora Bora 1

Surnommée par Cook "la perle du Pacifique". Surnommée par un Tahitien de Taha'a "l'île tirelire". 

L'image-cliché des bungalows sur pilotis au kilomètre, les prix annoncés comme encore plus exorbitants que dans le reste de la Polynésie, les raies et les requins maintenus en parcs pour pouvoir être nourris par les touristes au lagoonarium, la simple renommée de cette île... j'avoue, je ne suis pas arrivée à Bora Bora avec un bon à-priori. La perspective de me retrouver dans une ambiance Côte d'Usure version tropicale ne me mettait pas en joie. Ajouté à ça le planning des vols Air Tahiti qui m'a un peu contrainte à signer pour 4 jours… ET TANT MIEUX !

A part la pointe sud de l'île, Bora est sauvage et peu peuplée. On est loin du bling-bling. La plupart des hôtels de luxe sont sur les motu. Ceux de l'ile souvent fermés et à l'abandon. La source de revenus de Bora c'est les Américains, Japonais, Russes, riches, très riches qui débarquent en rangs serrés du Pacific Princess (ze love booooat) et a l'aeroport. Et ils l'exploitent et la soignent. Pas plaisanter sur le sujet ! Etat d'esprit bien différent des autres îles.

 

ze love boat

... a pris un peu cher, non ?

 

Je séjourne dans une pension confidentielle -les pilotis pour couples en honeymoon à 600 eur la nuit très peu pour moi et mon sac à dos- de Vaitape où je fais la connaissance de 2 Grenobloises, mère et fille, super sympas. Le hasard faisant toujours bien les choses, la suite de leur programme colle plus ou moins au mien. 

J'attaque Bora par la mer grâce à une couchsurfeuse adorable, qui vit sur son voilier, au mouillage dans une baie abritée. Imagine... elle se réveille le matin au milieu du turquoise, saute dans son annexe après son petit dej, se rend en 5 minutes au quai puis file au travail. Lorsqu'elle travaillait dans les Tuamotu, elle mouillait carrément en face de son "bureau". Un peu comme si je vivais dans un camping-car sur le parking du boulot à fuckingLyon. NOT. Bref. Je suis très curieuse de la rencontrer et d'en savoir plus sur la vie à bord d'un voilier de belle taille (47 pieds - plus de 14 m) en Polynésie, seule qui plus est. Inspirant.

 

grain à l'horizon

pause sur le lagon pour un plouf

ça fasseille, moussaillon, borde-moi ce génois fissa 

 

A chaque jour suffit sa peine, le lendemain j'enfourche une fidèle monture à rétro-pédalage et let's vamos pour les 32 km du tour de l'île, plats et au niveau de la mer, à une côte près. Depuis Maupiti et Raiatea, mon coccyx s'habitue à être sollicité. Je rentre essorée et ravie.

 

le truck

camaieu

on the road

... again

back to cool

turquoise a Matira

en terrasse

...

Hotel ferme… et garde. Pas d'accès a la plage, scheise !

bout de plage publique a Matira

Aaaawww !

A la pointe de la Pointe Matira

contraste

cliche

Hinano

P1110164

P1110168

palette

la maison du bonheur

Diner aux légendaires roulottes

 

 

To be continued...

  

30 septembre 2014

Fiu...


De retour en France depuis 3 bonnes semaines.
Dès que je me suis ré-habituée à la luminosité de mierda, au paysage déprimant de la banlieue lyonnaise et à l'ambiance générale délétère, je reviens, tout bientôt donc.
Et ensuite, je repars, littéralement.

Bisooooous


Posté par niine à 10:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 août 2014

Polynesie #5 - Huahine


P1100794

 

"L'île authentique" m'a offert une demie-journée de forte houle, propice a la sortie en masse des surfeurs de tous niveaux, y compris les bons. Et 2 jours et demi de pluie. Bah oui, des fois il pleut en Polynésie. Pas grave, j'ai apprécie mon séjour a Faré, dans une auberge mi-guest-house mi-backpackers. Je fais le tour de Huahine Nui et Huahine Iti en voiture, rencontre un tourdumondiste bien sympa que je retrouverai aux Tuamotu. La Polynesie des budget travelers est un monde minuscule.
On m'a aussi dit mais je ne sais plus qui que Huahine voulait dire sexe de femme en tahitien, rapport a sa forme. 

 

Le quai de Fare, au fond Raiatea

Eleve sur une planche

fare ponton

Huahine

Huahine surf

P1100644

P1100646s

le charme désuet des supermarchés des iles

non, je ne rêve pas !

P1100736

P1100739

Paddle et va'a dans les rouleaux

P1100822

et la il fait pourri...

giboulee de mars

le truck, aka transport public

tri selectif artisanal

P1100864

sashimi de thon a la tahitienne (la sauce est une tuerie)

 

Dernier jour a Huahine, la meteo est un peu plus clemente (et les previsions pour la suite sont excellentes, youpi !). On est dimanche et jour de course de va'a, la pirogue a balancier tahitienne. V1 (pirogue monoplace) et V6 (pirogue a 6 places) sont representees ce jour-la. Encourages par la sono a donf et le fumet du barbecue, ambiance fete de la musique saucisse, bon enfant. Huahine est un haut lieu du va'a et de la fete de la saucisse car c'est du quai de Fare qu'est donne chaque annee le depart de la Hawaiki Nui, THE course de la discipline.

 

P1100884

P1100899

52 ans et 2eme place ! le va'a conserve

P1100911

P1100919

P1100912

P1100927

 

 

Next port of call : Bora Bora, baby